Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Island, The

Critique
Synopsis/présentation
Après une catastrophe à l’échelle planétaire, un petit groupe de personnes se retrouve dans une ville contrôlée jusqu’aux moindres détails: Tenue vestimentaire obligatoire, repas limités, examens médicaux quotidiens, travail imposé, impossibilité de sortir, … Ils ont comme seule motivation le rêve d’être choisi pour aller vivre sur l’Île, le dernier endroit propre de la Terre, lors d’un tirage hebdomadaire. Une personne commence à se poser des questions: Lincoln Six Echo (Ewan McGregor). Ce dernier, stimulée par une curiosité innée, remet en doute certaines vérités. Ce qu’il découvre le traumatise: Tous les gens vivants dans cet institut sont en fait des clones développés comme pièces de rechange pour des humains riches cherchant une assurance-vie. Avec l’aide d’un mécanicien (Steve Buscemi) et d’un autre clone, Jordan Two Delta (Scarlett Johansson), Lincoln tentera d’exposer cette supercherie et de libérer tous ceux dans la même situation que lui, tout en se sauvant des tueurs à gages devant le ramener à l’institut....

Bien qye l’histoire se déroule en 2019, le placement de produit et les publicités sont particulièrement actuelles: Quoi de mieux qu’une bonne partie sur la XBox (la première, pas la 360) de Microsoft ? Pourquoi ne pas utiliser la dernière version de MSN Search pour trouver quelqu’un à Los Angeles ? Évidemment, les bâtiments montrent d’immenses publicités de Reebok, alors que les magasins offrent toujours des produits Calvin Klein. Pire, on reconnaît sans trop de difficulté les Dodge Magnum et le célèbre Hummer. Clin d’œil à l’industrie automobile américaine, aucun véhicule asiatique ou européen n’est affiché à l’écran pendant les deux heures du film.

Dans cet univers de consommation purement américain, un placement de produit rentient l'attention: Alors que nos deux héros fuient la ville, ils grimpent à l’arrière d’une semi-remorque fabriquée par nulle autre que la compagnie Manac. Comme quoi l’avenir est prometteur pour cette compagnie de Saint-Georges de Beauce...


Image
Le film est présenté au format d’image respecté de 2.40:1 d’après un transfert 16:9 qui n’est malheureusement pas à la hauteur des autres transferts de Dreamworks.

Comme plusieurs films récents, l’absence de parasites (points blancs, égratignures, …) est tout à fait normale. La définition générale de l’image est excellente, même si le film a perdu son fini réaliste pour favoriser une image pratiquement artificielle. Évidemment, vu l’atmosphère du film, on comprend qu’il s’agit ici d’un choix artistique. Les textures sont également bien reproduites, avec un niveau de détails élevé. Les couleurs sont rendues avec justesse et exactitude, sans débordement ou autre problèmes dérangeants. Les tons de peau conservent tout leur naturel. Le niveau de noirs est correctement ajusté alors que la gestion des contrastes varie d’une scène à l’autre, encore une fois pour des raisons stylistiques. Les dégradés sont fluides et mènent vers des noirs profonds et purs.

C’est au niveau numérique que ce transfert perd des points. Premièrement, un halo causé par une suraccentuation des contours est malheureusement à déplorer. Celui-ci est particulièrement visible lors des scènes à haut contraste. De plus, un certain fourmillement fait une apparition remarquée par moments. Finalement, le changement de couche ne passe pas inaperçu. Celui-ci se produit après environ une heure, sept minutes et 52 secondes.


Son
Cette édition de The Island offre la version originale anglaise au format Dolby Digital 5.1 et Dolby 2.0 Surround. Une piste de commentaires audio en compagnie du réalisateur Michael Bay est également disponible. Maintenant, la question est la suivante: Qu’est-il devenu du doublage français ? C’est simple, il se trouve sur une autre édition, qui contient d’ailleurs un mixage anglais 2.0 Surround et non 5.1, alors soyez vigilants lors de l’achat.

Les films d’action, en particulier ceux de Michael Bay, nous ont habitué à des mixages très dynamiques, voire même agressifs. The Island ne fait pas exception, aux grands plaisirs des amateurs du genre. Lors des fusillades, le cillement des balles et des ricochets bourdonne d’un canal à l’autre, immergeant le spectateur au cœur de l’action. Les explosions résonnent avec force et impact. Bref, tous les canaux sont mis à contribution, mais ne se limitent pas aux scènes d’action. Les moments plus calmes, comme la première partie du film, utilisent les canaux d’ambiophonie pour reproduire des sons d’ambiance et la trame sonore. Les dialogues sont nets et intelligibles. Les basses grondent fréquemment et supportent parfaitement le mixage, très exigeant à ce niveau. Les extrêmes grave (LFE, canal .1) sont particulièrement actives, mais manque de subtilité.

Des sous-titres anglais, français et espagnols sont disponibles.


Suppléments/menus








Conclusion
Déception amère au guichet nord-américain, The Island n’est pas un mauvais film pour autant. Cette réalisation de Michael Bay, première sans la collaboration de Jerry Bruckheimer, emprunte des concepts, des styles et mêmes quelques idées à d’autres films de sciences-fiction d’un genre apparent: 1984, Logan’s Run, THX 1138, The Matrix et Minority Report. The Island est malheureusment un film qui se cherche; entre le réquisitoire contre le clonage et le film d'action à succès. Mais the Island est surtout qui manque de subtilité, et ce sur tout les plans.

Pour la technique, cette édition DVD est d’un excellent niveau. La magnifique photographie est limitée danns son rendue uniquement par la numérisation un peu bâclée. Par contre, le mixage sonore fera monter à l’adrénaline. Seul reproche face à cette édition, le manque de suppléments. La piste de commentaires audio est intéressante, tout comme le court segment tourné en coulisse, mais les suppléments ne sont pas à la hauteur des efforts mis dans la production de ce film. Ça sent la réédition…


Qualité vidéo:
3,8/5

Qualité audio:
4,1/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
3,6/5

Note finale:
3,8/5
Auteur: Martin Roy

Date de publication: 2006-04-23

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 16:9 Hitachi 51F500, Récepteur/Lecteur DVD/Enceintes Panasonic SC-HT700

Le film

Titre original:
Island, The

Année de sortie:
2005

Pays:

Genre:

Durée:
136 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Dreamworks

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.40:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Anglaise Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:
Piste de commentaires audio et segment portant sur les effets spéciaux.

Date de parution:
2006-02-07

Si vous avez aimé...