Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Die Hard 3: With a Vengence (Special Edition)

Critique
Synopsis/présentation
Après les succès coup sur coup des deux premiers Die Hard, il n'était qu'une question de temps avant que la Fox ne mette en chantier une autre suite. Curieusement, le délais fut plus long que prévu. Des deux années qui séparèrent les deux premier opus, c'est cinq longues années que les amateurs durent patienter avant de revoir John McClane. Était-ce par manque d'inspiration? À en juger par le scénario de Die Hard with a Vengeance, on serait tenté de répondre par l'affirmative. Non pas que le scénario soit d'aucun intérêt, mais plutôt parce qu'il s'agit d'un scénario passe-partout qui aurait pu s'adapter à n'importe quelle personnage. Cette hypothèse est d'ailleurs confirmée par le scénariste lui-même, sur la piste de commentaires audio accompagnant le film. Le scénario original, baptisé Simon Says, ne fut jamais développé dans l'esprit Die Hard. N'ayant rien de mieux sous la main, la Fox a tout simplement changé les personnages de Simon Says pour ceux plus connus de John McClane et de son entourage. Cette fois, McClane est victime d'un maître chanteur qui lui fait traverser une série d'épreuves aux quatre coins de la ville de New York sous la menace de faire sauter des bombes qui tuera des innocents. Alors que la vengeance semble être la motivation première du maître chanteur, il apparaît vite évident que ses intentions sont tout autres...
Ce qui frappe le plus avec Die Hard with a Vengeance, c'est à quel point les conventions établies par les deux premiers films ont été rejetés. En fait, il est presque fascinant de constater l'effort déployé pour jouer complètement à l'opposé des deux premiers films. Du vaillant policier et père de famille qu'il était dans les deux premiers films, McClane est désormais un chômeur alcoolique divorcé; on l'a affublé d'un équipier plutôt que de le faire travailler seul comme à l'accoutumé; les environnements restreints des deux premiers films ont maintenant fait place à la ville de New York au grand complet, qui plus est en plein jour; et finalement, plutôt que de se dérouler à la veille de Noël, le film se déroule en plein été! Difficile de déterminer si ce revirement est entièrement volontaire de la part des producteurs ou simplement une coïncidence, mais c'est là le principal intérêt du film. Certes, le scénario tient la route la majorité du temps, les personnages sont amusant, voir attachant, et les scènes d'action sont spectaculaires à souhait. Malheureusement la tension générés par les deux précédents films n'est plus palpable, et le scénario comporte tellement d'invressemblances qu'on regrette vite la minutie et la subtilité scénaristiques du Die Hard original.


Image
C'est avec soulagement que nous accueillons ce nouveau transfert anamorphique de Die Hard with a Vengeance. Soulagement parce que la précédente édition du film en DVD était d'une qualité tout simplement exécrable, même s'il s'agissait du plus récent des trois films. Pratiquement tous les problèmes rencontrés dans le précédent transfert ont été éliminés, pour faire place cette fois à une image de très bonne qualité. La définition est impeccable et laisse entrevoir une image fine et détaillée. La colorimétrie est excellente, offrant des couleurs chaudes et bien saturées, en plus de teintes de peau justes et naturelles. Les parties sombres sont quant à elles parfaitement présentées, dégradées avec finesse et précision. Les noirs sont tout aussi convaincants, solides et profonds sans pour autant bloquer. Tous les défauts reliés au transfert de la précédente édition ont cette fois été éliminés, excepté un : la sur-définition des contours. Bien que l'effet soit beaucoup plus tempéré, la sur-définition demeure excessive à quelques occasions, ce qui peut distraire du visionnement. Dommage, car en faisant abstraction de ce défaut, il s'agit d'un excellent transfert.


Son
Des trois films de la série, Die Hard with a Vengeance est sans conteste le film ayant la bande-son la plus explosive! Les deux bandes-son principales (anglaise DTS 5.1 et Dolby Digital 5.1) offrent un dynamisme exemplaire, jouant généreusement de tout l'arsenal mis à disposition : des effets d'ambiophonies fréquents, l'utilisation régulière d'effets canaux à canaux et un usage percutant des basses et du canal .1 (LFE). La trame-sonore omniprésente profite également de ces artifices, et offre une présence soutenues et somme toute entraînante. De toute évidence, la finesse et la subtilité ont été mis de côté dans ces mixages. Les dialogues sont néanmoins nets et restent intelligibles en tous temps.
Des bandes-son Dolby Digital 2.0 Surround sont aussi offertes en anglais et en français, offrant évidemment un dynamisme restreint. Des sous-titres sont disponibles en anglais et en espagnol.


Suppléments/menus
À l'instar de Die Hard 2, Die Hard with a Vengeance nous est offert en Special Edition plutôt que dans la Five Star collection, traitement strictement réservée au premier épisode. Sans donc atteindre la qualité des suppléments offert sur le premier film, cette nouvelle édition présente tout de même série de suppléments plutôt intéressants dispersés sur deux disques.
Sur le premier disque vous trouverez comme unique supplément une piste de commentaires audio animée par le réalisateur John McTiernan, le scénariste Jonathan Hensleigh et l'ancien président de la distribution et du marketing chez Fox, Tom Sherak (étrangement, la pochette ne fait mention que du réalisateur dans l'animation de cette piste). Les propos des trois hommes ont été enregistrés séparément, il n'y a donc aucune interrelation entre leus propos. Cependant, le montage sonores est fluide et judicieux, aucun temps mort ni aucune information inutile ne viennent nuire à l'écoute de cette excellente piste.
À la manière des deux premiers films, les suppléments du deuxième disque sont séparées en plusieurs catégories. La première, intitulée Featurette and Television specials, offre trois documentaires distincts. Le premier (probablement le plus intéressant) aborde pendant 24 minutes la création du film de façon très sommaire. Quelques informations captivantes y sont dévoilées, mais l'enjeux promotionnel de ce segment, produit pour la télévision, fait en sorte que le contenu n'est presque jamais abordé en profondeur. Pire encore est le documentaire intitulé A Night to Die for : McClane is back. Animée par Samuel L. Jackson, ce segment de 24 minutes consiste essentiellement à une promotion complaisante et hypocrite de la trilogie Die Hard, alors que diverses personnalités (dont Wayne Gretzky et Steve Young !) expriment à quel point ils aiment le lieutenant John McClane et ses prouesses. Ridicule à souhait. Le dernier segment disponible est le même documentaire promotionnel déjà offert sur la précédente édition de Die Hard with a Vengeance. Durant à peine quelques minutes, ce segment est strictement promotionnel et ne montre rien qui n'a déjà été vu dans les autres documentaires.
La deuxième section, intitulé Interview and Profile, présente tout d'abord une entrevue prétendument avec Bruce Willis. Prétendument parce que cette vignette montre non seulement l'acteur parler de son rôle, mais également divers acteurs et techniciens vantant le mérite du célèbre Bruce. Complaisant et agaçant. L'autre vignette nous présente ces mêmes intervenants discutant du profile psychologique du vilain de service.
Vous retrouverez ensuite ce qui constitue la plus belle curiosité de cette édition, à savoir une fin alternative du film. D'une durée de six minutes, cette séquence ridicule mais amusante nous montre comment le film aurait pu finir si le scénario était demeuré entre les mains du scénariste, qui fournit d'ailleurs des commentaires audio pour cette séquence. Le moins que l'on puisse dire, c'est que nous l'avons échappé bel !
Le reste des suppléments repose essentiellement en des courtes vignettes montrant la création de certaines séquences d'action du film. Les plus intéressantes montrent des extraits filmés en coulisse durant l'élaboration complète de ces séquences. Franchement intéressant, bien qu'une explication accompagnant les extraits vidéo aurait été la bienvenue.
Pour compléter, vous retrouverez évidemment une section consacrée à la promotion du film, où vous sont offerts une quantité innombrable de bandes-annonces. Également, à ne pas manquer, un court montage de bloopers franchement drôle, caché quelque part dans les menus...



Conclusion
À l'instar des deux autres volets de la série, cette nouvelle édition de Die Hard with a Vengeance représente une nette amélioration comparé produit bâclé offert en 1999. À lui seul le nouveau transfert vidéo représente un incitatif de taille à l'achat de cette nouvelle version, compte tenu de la piètre qualité de la version antérieure. Les bandes-son sont très agressive et les suppléments valent un coup d'oeil. Les plus patients qui ont évités d'acheter les éditions parues en 1999 ne devraient aucunement hésiter à se procurer ces nouvelles éditions, et les autres, moins chanceux, ne devraient pas hésiter beaucoup plus longtemps, aussi crève cœur cela puisse-t-il être !


Qualité vidéo:
4,0/5

Qualité audio:
4,2/5

Suppléments:
3,6/5

Rapport qualité/prix:
4,0/5

Note finale:
4,0/5
Auteur: Yannick Savard

Date de publication: 2001-07-08

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 4:3 Sony Trinitron Wega KV-32S42, Récepteur Pioneer VSX-D509, Lecteur DVD Pioneer DVL-909, enceintes Bose, câbles Monster Cable.

Le film

Titre original:
Die Hard 3: With a Vengence

Année de sortie:
1995

Pays:

Genre:

Durée:
128 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Twentieth Century Fox

Produit:
DVD

Nombre de disque:
2 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Oui

Bande(s)-son:
Anglaise DTS
Anglaise Dolby Digital 5.1
Anglaise Dolby 2.0 Surround
Française Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais
Espagnol

Suppéments:
Piste de commentaires audio, documentaires, fin alternative, entrevues, bloopers, vignettes explicatives, scénarimages et bandes-annonces.

Date de parution:
2001-07-10

Si vous avez aimé...