Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Die Hard (Five Star Collection)

Critique
Synopsis/présentation
Bien peu de films d'action peuvent se vanter d'avoir littéralement créé une toute nouvelle série de films ayant tous, plus ou moins, la même mise en situation. À sa sortie en 1988, et à la surprise générale, Die Hard créa rien de moins qu'un précédent, un succès monstre à la fois publique et dans une certaine mesure critique (chose rare pour un tel "Blockbuster"). Ce succès demeure encore inégalé aujourd'hui, malgré de multiples tentatives. Le talent de John McTiernan fut consacré, et un nouveau héros venait de voir le jour, John McClane (ou Bruce Willis, à vous de décider...). Quantité de films d'action des années quatre-vingt nous ont proposé des héros sur-dimensionné; Stallone ou autres Schwarzenegger. Les concepteurs de Die Hard ont eu le mérite dans ce contexte de nous offrir un héros aux antipodes de ces montagnes de muscles, un homme auquel il était humainement possible de s'identifier; John McClane. Il n'était pas invincible (quoi que…), il souffrait, il était effrayé et il éprouvait même des difficultés maritales (!). La situation à laquelle il était confronté était extraordinaire mais simple à la fois. Un homme seul, face à une douzaine de terroristes, emprisonné dans un édifices de plusieurs dizaines d'étages. Les auteurs misaient ainsi plus sur le suspense et le huis-clos plutôt que de l'action à grand déploiement, une mise en situation favorisant grandement l'identification au personnage. Un procédé qui se doit aussi d'être bien contrôlé pour captiver l'auditoire pendant plus de deux heures. On ne peut qu'applaudir la structure du scénario, la photographie minutieuse et intrigante de Jan de Bont (réalisateur de Speed, film fortetement influencé par Die Hard) et la technique maîtrisée de John McTiernan. Mais le film ne serait pas ce qu'il est sans la présence de Bruce Willis au générique. Willis restera marqué longtemps par ce rôle, malgré de nombreuses tentatives plus ou moins réussies pour se défaire de cette image.
De Die Hard naquit une série de films reprenant tous le même concept mais dans un contexte différent. Souvenons-nous du bateau (Under Siege), de l'autobus (Speed), de l'avion (Passenger 57) ou du train (Under Siege 2). La série Die Hard s'étira sur deux suites, meilleures que toutes les tentatives concurrentes. Mais du nombre, il n'en demeure pas moins que le film original reste toujours inégalé en son genre. A constater le calibre des films d'action récemment produits, Die Hard risque de conserver sa réputation encore longtemps.


Image
Totalement ignorante des exigences ou du potentiel du marché DVD il y a quelques années à peine, la Fox avait produit à la va-vite un coffret regroupant les trois volets de la série Die Hard en 1999. Les suppléments étaient maigres et inconsistants, et les transferts audio et vidéo avaient également été quelque peu bâclés. Aujourd'hui, la Fox peut se vanter d'être l'un des studios les plus à l'affût des exigences du marché. Conscient de la bourde commise avec l'une de ces franchises les plus profitables, Fox a retiré du marché le précédent coffret au début 2001 pour nous en offrir un tout nouveau. Ce coffret est nettement plus satisfaisant, particulièrement pour l'image.
Cette fois, en plus de nous présenter le film en format original de 2.35:1, le transfert est anamorphique. Chose qui n'était pas le cas avec le précédant transfert. D'emblée, l'image paraît beaucoup plus nette et détaillée, laissant entrevoir plus justement la richesse de la photographie. Les couleurs sont tout aussi solides, présentées dans une riche palette justement saturée; que ce soit le froid glacial des éclairages bleutés des scènes obscures ou de la chaleur chromatique de certains environnements. Les parties sombres ressortent grandement améliorées de ce nouveau transfert, on note des dégradés ayant une bien plus grande finesse. Les noirs sont profonds et ne sacrifient aucun détail.
Seuls défauts de ce transfert, une légère sur-définition des contours, quelques parasites et un très léger fourmillement présent à quelques reprises. Il s'agit très nette amélioration lorsque comparé au premier transfert offert en format DVD.


Son
Pas moins de quatre bandes-son sont offertes sur cette édition. En plus des bandes-son anglaise (Dolby Digital 5.1 et 2.0 Surround), française (Dolby Digital 2.0 Surround) , on a aussi inclus une toute nouvelle bande-son DTS 5.1.
Dans le cas de la bande-son Dolby Digital 5.1, tout comme dans celui de la bande DTS 5.1, on a droit à un mixage des plus dynamiques et agressifs. Les canaux d'ambiophonies ont une présence plutôt soutenue tout au long du film, leur potentiel est pleinement exploité. La trame-sonore est rendue avec fidélité, subtilement intégrée à l'environnement sonore pour offrir de magnifiques moments de tensions. Les fréquences d'extrême grave surprennent aussi par leur puissance et leur profondeur qui appuient à merveille les scènes d'action. Dans tout ce remue-ménage, quelques dialogues souffrent malheureusement d'un léger manque d'intelligibilité. Mais il s'agit d'un défaut mineur et, surtout, de dialogues aucunement indispensables.
Des deux bandes-son, c'est sans doute la bande DTS qui paraît la mieux définie et la plus convaincante. Néanmoins, la bande-son Dolby Digital 5.1 est de qualités souvent comparables. La bande-son française (Dolby Digital 2.0 Surround) ne soutient évidemment aucune comparaison avec les mixages multicanaux anglais. Il y a optio de sous-titrage en anglais et espagnol.


Suppléments/menus
Là où cette nouvelle édition se démarque le plus de la précédente est au niveau des suppléments. Présenté en deux disques sous la bannière " Five Star Collection ", qui regroupe les films les plus importants du catalogue Twentieth Century Fox (hormis le pernitieux Independance Day), Die Hard reçoit enfin le traitement qu'il mérite et qu'il aurait dû recevoir à l'origine.
Bien que la plupart des suppléments se retrouvent sur le deuxième disque, le premier disque contient néanmoins quelques éléments digne de mention dont une piste de commentaires audio animée par John McTiernan et le directeur artistique Jackson DeGovia. Bien que l'enregistrement des commentaires ne fut pas simultanés, le montage de la piste est fluide et bien structuré. L'intérêt demeure soutenu du début à la fin. Une deuxième piste est aussi disponible, celle-ci animée par le superviseur des effets spéciaux Richard Edlund. Ces propos, quoique fort intéressants, ne couvrent pas la totalité du film, et ne sont spécifiques qu'à certaines scènes clés. On a judicieusement inclus à cet effet une liste des chapitres où sont disponibles ses commentaires.
Aussi disponible sur le premier disque est une série d'anecdotes et de notes de production présentés en rafales sous forme de sous-titres, tout au long du film. Parfois très intéressantes et surprenantes, ces notes nous laissent quelque peu perplexes quant à leur présentation. Tout d'abord, la lecture de textes durant toute la durée du film nuit grandement à l'attention porté au film, et peut aussi devenir laborieuse et fatigante après quelques minutes seulement. De plus, le rythme est plutôt irrégulier. À certains moments, les textes apparaissent de façon ridiculement rapides, empêchant toute lecture minutieuse, alors qu'à d'autres occasions l'apparition est lente et ennuyeuse. Cet aspect serait grandement à retravailler.
Pour conclure le premier disque vous retrouverez une option spéciale vous permettant de visionner le film avec quelques scènes ajoutés, via l'aiguillage automatique. Bien que ces scènes ne sont aucunement indispensables au film, leur inclusion est présentée de façon fort adéquate et fluide. C'est scènes sont anamorphique et disponible tous les formats sonores (dialogues en anglais seulement).
En enchaînant sur le deuxième disque vous retrouverez une panoplie de courts suppléments répartis en sous-catégories qui vous feront hélas manipuler la télécommande à n'en plus finir. La première sous-catégorie s'intitule From the Vault et regroupe quelques scènes retranchées, des prises ratées ou des scènes alternatives sous diverses formes. D'un intérêt plutôt moyen, ces scènes ne font jamais vraiment rires, ni n'intéressent vraiment. Elles ne représentent qu'une simple curiosité. Beaucoup plus intéressant sont les deux articles des magazines (American Cinematographer et Cinefex), un supplément similaire à celui offert sur Big Trouble in Little China. L'information donnée est pertinente, bien écrite et présentée de belle façon.
La section The Cutting Room offre plusieurs options où l'interactivité est clairement de mise. Premièrement, il vous sera offert d'effectuer vous-même le montage de trois scènes du film, en choisissant parmi trois prises. Le résultat final est certes amusant et convaincant, mais vous risquez malheureusement de vous lasser plutôt rapidement.
Aussi offerte est une scène particulière du film présentée sous quatre angles différents, via l'option multi-angle. Cet option a pour but de montrer comment certaines scènes sont filmés avec l'emploi de plusieurs caméras et lentilles différentes (informations d'ailleurs détaillées en sous-titre, très intéressant), dans le but de capturer l'action de toutes les façons possibles.
Suit ensuite une autre forme de montage, cette fois-ci un montage sonore. Vous l'aurez compris, vous aurez l'occasion d'exercer le mixage d'une scène en particulier en utilisant trois pistes pré-enregistrées et en choisissant sommairement le volume avec lequel vous voulez la mixer. À nouveau, c'est amusant quelques minutes pour ensuite devenir lassant. Beaucoup plus passionnant sont les deux derniers suppléments de cette section. Tout d'abord, un segment nommé Why Letterbox ? justifie pendant quelques minutes l'utilisation du format panoramique plutôt que plein écran. Un supplément des plus convaincant qui ne s'applique pas seulement qu'au film en question. Pour terminer cette section, vous retrouverez un glossaire de tous les principaux termes utilisés en cinéma. Tout à fait passionnant! Si seulement la navigation à travers les termes et difinitions était plus aisée...
Suit ensuite des galeries de photographies. Ces galeries, présentées sous forme de montage vidéo, permettent à quelques reprises d'accèder à vers des informations techniques détaillées sur les sujets montrés. L'accès se fait via un icône apparaissant à l'écran (un peu à la manière du lapin blanc de The Matrix). Il s'agit d'une présentation tout à fait originale et intéressante, mais qui nécessite des opérations de télécommandes qui peuvent lasser. Heureusement, tous les icônes peuvent être sélectionnés succesivement via la touche d'avancement (skip) évitant ainsi de visionner toutes les séries de photos avant le prochain icône.
La section intitulée Script propose évidemment le scénario du film, présenté dans sa totalité. Comme il est toujours le cas avec ce type du supplément, l'accès à certaines pages est fastidieux et nécessite que vous appuyez autant de fois sur la télécommande pour vous rendre au numéro de page désiré. Pour les intéressés, le scénario est également disponible dans la partie DVD-ROM de cette édition, cette fois avec une navigabilité accrue.
La dernière section, intitulée Ad Campaign, offre un lot de bandes-annonces présentées en salles et à la télévision, ainsi qu'un court segment promotionnel également disponible sur la précédente édition.



Conclusion
Difficile de ne pas résister à cette nouvelle parution, même pour ceux possédant déjà la précédente édition du film en DVD. L'image y est amélioré de façon substantielle, les bandes-sons sont excellentes et plus nombreuses, et les suppléments sont en nombre élevé et de belle facture. Même les menus et le boîtier présentent des améliorations digne de mention. Certes, on aurait aimé un documentaire approfondi sur la création du film, mais de façon globale cette édition est généreuse et devrait satisfaire les amateurs du film déçus par ce qu'on leur avait proposer en 1999.



Qualité vidéo:
4,0/5

Qualité audio:
4,2/5

Suppléments:
3,8/5

Rapport qualité/prix:
4,0/5

Note finale:
4,0/5
Auteur: Yannick Savard

Date de publication: 2001-07-04

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 4:3 Sony Trinitron Wega KV-32S42, Récepteur Pioneer VSX-D509, Lecteur DVD Pioneer DVL-909, enceintes Bose, câbles Monster Cable.

Le film

Titre original:
Die Hard

Année de sortie:
1988

Pays:

Genre:

Durée:
132 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Twentieth Century Fox

Produit:
DVD

Nombre de disque:
2 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Oui

Bande(s)-son:
Anglaise DTS
Anglaise Dolby Digital 5.1
Anglaise Dolby 2.0 Surround
Française Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais
Espagnol

Suppéments:
2 pistes de commentaires audio, notes de production en sous-titres, atelier de montage audio et vidéo, scènes alternatives et retranchées, prises ratées, articles de magazine, galerie de photos, bandes-annonces, DVD-ROM.

Date de parution:
2001-07-10

Si vous avez aimé...