Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Hustle & Flow

Critique
Synopsis/présentation
Plus le temps passe, DJay (Terrence Howard) réalise à quel point il a gâché sa vie. Sans un réel emploi, il partage son temps entre son rôle de «pimp» pour son amie et les quelques clients à qui il vend de la drogue. Mais tout cela change du jour au lendemain, quand il échange une petite quantité de drogue contre un clavier pour enfants. Avec ce synthétiseur, il compose quelques morceaux et, dans un petit livret, il écrit ses réflexions personnelles et constats de sa vie en général. Suite à la rencontre de son ami Key (Anthony Anderson), il crée un studio d’enregistrement dans sa propre maison. Avec l’aide d’un jeune pianiste d’église (D.J. Qualls), ils produisent ensemble un premier démode musique rap que DJay a l’intention de remettre en main propre à une célébrité originaire de sa ville.

En 2005, Hustle & Flow a remporté le prix du choix du public au festival du film de Sundace. À ce même festival, Paramount et MTV ont acheté les droits de distribution du film. Notons la participation au tournage de Isaac Hayes et Ludacris.


Image
Le film est présenté au format d’origine de 1.85:1 d’après un transfert 16:9.

Mentionnons avant toute chose que le tournage a été effectué à l’aide d’un matériel source 16 mm qui a ensuite été gonflé en 35 mm. Évidemment un grain est observable et ce pour toute la durée du film. Outre cela, l’interpositif ne montre aucun défaut majeur. On note, entre autre, l’absence de parasites visuels. La définition générale de l’image demeure relativement bonne, tout comme le niveau de détail. Les textures sont bien reproduites, dans les limites imposées par le format 16 mm. De plus, le film présente une image hautement stylisée, qui n’est pas sans rappeler les films des années soixante-dix du même genre. Par exemple, la palette a volontairement été altérée afin de laisse voir des couleurs légèrement désaturées. Cependant, les couleurs, incluant les tons de peau, demeurent constantes. Le contraste a également été accentué pour un effet plus dramatique. Le niveau de noir est pour sa part correctement ajusté. Les dégradés sont fluides et tendent vers des noirs profonds et purs.

Bien qu’un léger halo soit parfois visible, celui-ci n’est pas intrusif. Par contre, un certain fourmillement se veut être un peu plus dérangent.


Son
La version originale anglaise du film est offerte au format Dolby Digital 5.1 et Dolby 2.0 Surround. Considérant l’importance de la musique et des dialogues ici très marqués on comprend l’absence d’un doublage français. Une piste de commentaires audio en compagnie de l’auteur et réalisateur est également disponible.

On aurait pu en retirer toutes les images et il aurait toujours été possible de vivre ce film grâce à la trame sonore.
Tout au long du film, le mixage nous en met plein les oreilles en exploitant le plein potentiel du 5.1, avec un dynamisme surprenant. Les dialogues, nets et intelligibles, sont confinés aux canaux avants, mais on peut compter sur de nombreux sons d’ambiance, comme des effets d’écho ou des bruits ambiants (foules, trafic, …) pour bien développer l'espace sonore. La musique, quand a elle, a été remixée pour maximiser l’utilisation des canaux arrières. Ainsi, lors des moments musicaux (soit interprétés par les personnages ou simplement comme ambiance), la musique se fait entendre de tous les canaux, avec certains instruments dédiés à certains canaux. Nul besoin de dire que pour le style musical concerné (le rap), la présence des basses est importante. Celles-ci supportent très bien l’exigeant mixage. Les extrêmes graves (LFE, canal .1) sont également très active.

Seuls des sous-titres anglais sont offerts… Dommage !


Suppléments/menus








Conclusion
Avec une histoire ressemblant étrangement à 8 Mile, ce film a l’avantage de ne pas être considéré d'abord par la popularité des acteurs. Même les plus neutres des critiques ne peuvent qu’apprécier l’honnêteté et la sincérité de ce film.
Ce film évite certains des clichés du genre mais en bout de ligne reste très morale. Le questionnement est simple et sans grande subtilité.

Techniquement, ce produit de la Paramount est tout à fait correct. À première vue, le rendu visuel peut paraître problématique, mais il faut savoir qu’il s’agit d’un choix stylistique. On ne peut pratiquement rien reprocher au mixage sonore, à condition d’aimer la musique rap. Les suppléments sont nombreux et intéressants.


Qualité vidéo:
3,6/5

Qualité audio:
3,9/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
3,8/5

Note finale:
3,9/5
Auteur: Martin Roy

Date de publication: 2006-02-06

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 16:9 Hitachi 51F500, Récepteur/Lecteur DVD/Enceintes Panasonic SC-HT700

Le film

Titre original:
Hustle & Flow

Année de sortie:
2005

Pays:

Genre:

Durée:
115 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Paramount

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Anglaise Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais

Suppéments:
Piste de commentaires audio, documentaires, segments de la première, publicités et bandes-annonces.

Date de parution:
2006-01-10

Si vous avez aimé...