Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

King Kong: Peter Jackson's Production Diaries (Limited Edition)

Critique
Synopsis/présentation
Peut-on dire que le marché du DVD en est arrivé à sa pleine maturité ? Plusieurs facteurs nous poussent à répondre par l’affirmative. Les ventes d’appareils et de titres DVD ont cessé de progresser pour se stabiliser, la qualité technique (son et image) des éditions mises en marché est très constante par les temps qui courent (à comparé à il y a cinq ans), la plupart des titres catalogues pertinents (lire classiques) ont profité d’une distribution, et les suppléments, si souvent absents des éditions DVD au courant des premières années du format, sont désormais choses normale, ou plutôt acquise même. En fait, les studios semblent ne plus savoir quoi faire pour revitaliser le marché. De nos jours, tous les prétextes possibles et imaginables sont bons pour capitaliser sur une sortie DVD. Les éditions spéciales, ultimes, définitives, les éditions aniversaires, les versions longues, courtes, amputées, rallongée, avec ou sans consentement du réalisateur, les studios jugent bon de nous offrir le maximum de variantes possibles des films que nous aimons pour nous faire dépenser. La dernière idée en lice (et la plus novatrice aussi…) ?! Offrir aux consommateurs des suppléments sur format DVD pour un film qui n’est même pas encore distribué en salles…

Ainsi donc, la veille de la sortie en salles du remake de King Kong réalisé par Peter Jackson, la Universal mettait en marché un splendide coffret réunissant plus de 3h30 de segments documentaires filmés dans les coulisses de la production du film. Il s’agit, ni plus ni moins, que de suppléments réunis sur DVD mais sans le film pour l’accompagner. Évidemment, la parution d’une telle édition ne peut être justifiée autrement que par le facteur commercial. La Universal voulait capitaliser sur la sortie en salles de King Kong, et plutôt que d’attendre la parution du film en DVD quelques mois plus tard, ils ont précipité le produit sur les tablettes juste à temps pour le temps des fêtes ! Qui plus est, cette édition n’offre aux consommateurs absolument aucune primeur puisque la totalité du matériel qui y est présenté a déjà été diffusé sur le web (sur le site www.kongiskong.net) au fur et à mesure que le film était tourné. Inutile d’insister sur le fait que King Kong : Peter Jackson’s Production Diaries s’adresse aux fans purs et durs du film (ou du cinéaste) ou à ceux qui n’ont jamais vu le matériel en question sur via l’Internet.

Si l’opportunisme est la seule raison d’être de cette édition, cela ne veut pas pour autant dire que le contenu qui y est offert est inintéressant, bien au contraire. Si, comme celui qui écrit ces lignes, vous n’avez jamais consulté le site Internet où était diffusé les courts documentaires réunis sur cette édition, vous risquez de prendre votre pied en les visionnant pour la première fois avec cette édition. Ces quelques quatre heures de vignettes documentaires représentent une véritable visite guidée dans les coulisses d’une méga-production. Plus que tout autre documentaire jamais produit, ces courts segments nous décrivent non seulement les techniques employées pour tourner le film ainsi que pour créer les effets spéciaux, mais ils nous font véritablement pénétrer dans l’ambiance et l’énergie qui habite un tournage. Pratiquement tous les artisans du film, des comédiens jusqu’aux décorateurs en passant par le réalisateur Peter Jackson lui-même, ont apporté leur contribution dans l’un ou l’autre des segment. Toute l’équipe a fait preuve d’une grande générosité en laissant ainsi des caméras saisir leur quotidien pour le partager avec les cinéphiles. Chose certaine, tout amateur de cinéma qui se respecte ne voudra pas passer à côté du caractère exclusif de ces vignettes. On y apprends plus sur ce qui caractérise un tournage cinématographique que dans tout autre documentaire plus touffu ou approfondi. Parce qu’il faut bien l’admettre, le contenu de ces segments ou leur présentation même sont somme toute assez superficiel. Le montage est simpliste et l’information transmise est vulgarisée et résumée au possible. L’intérêt, de toute évidence, réside ailleurs… c’est à dire dans cette opportunité d’assister tel un visiteur à toutes les étapes du tournage d’un film d’envergure, sans nécessairement avoir toutes les réponses à ses questions, question de préserver des surprises pour la sortie du film (quoique Jackson et sa bande ont fait l’effort de répondre aux questions des internautes dans quelques uns de ces segments… bravo !


Image
Tous les segments de cette édition nous sont offerts au format de 1.78:1 et d’après un transfert 16:9. Il va sans dire que, côté présentation, le résultat est nettement plus intéressant que le format compressé présenté sur l’Internet !


Avant d’aller plus loin dans la critique de l’image, il est important de souligner une nuance. Si la qualité du transfert en question est tout à fait honnête, la qualité d’image, elle, laisse à désirer. Le hic, c’est que ces vignettes documentaires ont été filmées sur format MiniDV (vraisemblablement à 3CCD mais à 25 M/sec seulement) et ce, sans véritable rigueur technique. L’éclairage est souvent défaillant, ce qui provoque une image empreinte de beaucoup de grain puisque la sensibilité de ces caméras est loin d’être optimale. Aussi, ce format est enclin à souffrir de pertes numériques (video dropouts). Tous ces défauts sont évidemment visible à l’écran, mais comme ils sont imputables au matériel source et non pas au transfert, il serait malhonnête blâmer ce transfert qui, somme toute, nous livre le meilleur résultat possible dans les circonstances.

Ainsi donc, la qualité du transfert est parfaitement honnête. La définition générale présente le maximum de détails offerts pas le format MiniDV. L’image est toujours nette. Le rendu des couleurs est raisonnable. La restitution est au point, et on ne remarque aucun débordement dans le cercle chromatique. Les couleurs sont naturelles. La saturation semble avoir été accentué quelque peu, ce qui confère une apparence riche et vivante à la colorimétrie. Le contraste, très mou par défaut sur format MiniDV, semble avoir été forcé pour contrer cette lacune. Il en résulte des halos entre les plages de l’image, ce qui compromet toute naturalité. Le niveau des noirs a été correctement ajusté. Les noirs sont profonds en plus d’être exempts de tout fourmillement. Les parties denses laissent à désirer puisque les dégradés bloquent beaucoup trop rapidement.

La partie numérique du transfert est impeccable. Il n’y a aucun défaut de compression ou de numérisation à déplorer.


Son
Une seule bande-son est offerte pour la totalité des vignettes, à savoir un mixage Dolby 2.0 stéréo.

Comme ces vignettes étaient toutes destinées initialement à une diffusion sur le Web, les artisans de ces documentaires se sont contenté du stricte minimum en ce qui concerne la prise de son ainsi que le mixage sonore. Le son a été enregistré en direct, sans considération pour le bruit ambiant. Qui plus est, le mixage semble ne pas avoir été retravaillé pour la production de cette édition.
Il en résulte un mixage tout juste fonctionnel, qui aurait aussi bien pu n’être que monophonique puisque le découpage stéréophonique est inexistant. La dynamique est restreinte au possible, et il n’y a aucune profondeur ni aucune présence. Le positionnement des éléments sonores est inexistant puisqu’il n’y a aucun élément sonore autre que la prise de son effectuée pour le tournage. Il n’y a aucune basse, et le son est en général beaucoup trop conscrit dans les aigus, au point même où il en résulte de la distorsion.

Des sous-titres anglais, français et espagnols sont également disponibles.


Suppléments/menus
Malgré que le contenu de cette édition n’est autre chose que des suppléments en soi, la Universal a tout de même fait l’effort d’inclure quelques nouveautés ou bonus.

On pourrait d’ailleurs considérer comme suppléments le splendide emballage dans lequel nous inclus les deux disques qui composent cette édition. Le boîtier, qui représente une mallette, est original et très réussis. Il inclut également un pseudo-certificat d’authenticité proclamant que l’édition que vous tenez entre les mains est limitée et numérotée (nous verrons dans quelques mois si elle était réellement limitée…) ainsi que quatre magnifiques schémas conceptuels. Les deux disques eux-mêmes sont présentés dans une sorte de calepin qui inclut également un très beau livret d’une cinquantaine de pages.

En terme de nouveauté, le deuxième disque propose un nouveau segment de 16 minutes qui n’avait pas été présenté sur l’Internet, question de préserver quelques surprises avant la sortie en salles du film. Il s’agit d’un documentaire sur l’affrontement entre King Kong et une famille de T-Rex qui s’inscrit techniquement dans la même veine que le reste des segments offerts sur cette édition, sauf peut-être en plus documenté.




Conclusion
Au-delà de la stratégie commerciale se cachant derrière la production d’une telle édition, Peter Jackson’s Production Diaries offre pour les amateurs de cinéma une visite guidée absolument fascinante des coulisses d’une méga-production. Cela justifie-t-il un achat ? Oui et non. Techniquement, cette édition présente une qualité d’image nettement supérieure à ce qui est disponible sur l’Internet, et le coffret lui-même est digne de l’appellation « pour collectionneur ». Par contre, comme ces segments sont toujours disponibles sur la toile, à vous de voir si vous voulez investir votre argent dans cet achat de matériel pas du tout inédit…


Qualité vidéo:
3,4/5

Qualité audio:
1,5/5

Suppléments:
2,0/5

Rapport qualité/prix:
3,0/5

Note finale:
3,0/5
Auteur: Yannick Savard

Date de publication: 2006-03-27

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur ACL 16:9 Sharp Aquos LC37DB5U, Lecteur DVD OPPO OPDV971H (Sortie DVI à HDMI avec conversion HD à 720p), Récepteur Sony STR- K75OP, enceintes Bose, câbles Monster Cable

Le film

Titre original:
King Kong: Peter Jackson's Production Diaries

Année de sortie:
2005

Pays:

Genre:

Durée:
216 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):
-

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Universal

Produit:
DVD

Nombre de disque:
2 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.78:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby 2.0 stéréo

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:
Coffret de collection, livret de 52 pages, 4 schémas, certificat d'authenticité

Date de parution:
2005-12-13

Si vous avez aimé...