Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

cassetete_dvdAprès L’auberge espagnole (devenu un classique) et Les poupées russes, Cédric Klapisch, propose le troisième volet de cette saga ludique où le simple fait de retrouver ces personnages éclatés est un petit bonheur en soi.

Si la vie consiste pour la plupart à de perpétuels déplacements entre les points A et B, comme une quête naïve entre les aléas de la vie : boulot, famille, amour… le cinéma de Klapisch en est une illustration harmonique et multifonctionnelle. Tout s’emboîte. Les instants idylliques et le temps présent, ne sont en fait que des fragments instantanés qui dans un an, ne seront peut-être que de vagues souvenirs d’une vie de jadis alors que nous pataugerons à la recherche d’autres choses dans une vie qui se voudra peut-être complètement «autre».

Après un séjour d’études en Espagne, un voyage d’écriture en Angleterre, une relation de plus de 10 ans avec Wendy et après être devenu père de deux enfants avec cette dernière, le très parisien Xavier se retrouve une fois de plus face à un tournant de sa vie. Sa relation avec Wendy prend fin et celle-ci décide de quitter Paris, pour partir vivre à New York. Xavier décidera alors de partir à son tour vers la grande pomme afin de demeurer près de ses enfants. L’auteur à succès qu’il est devenu se lancera une fois de plus dans une nouvelle aventure. À l’image de la trilogie en général et de la ville de New York en particulier, c’est au rythme disjoncté des coursiers à vélo que les pièces disparates du casse-tête défileront. Le mouvement est sans doute le fil conducteur de ces trois films, celui de la vie, des voyages, des transports, le mouvement continu de l’espoir, celui du montage bref, celui des changements qui nous font avancer si on ose prendre des risques.

On assiste même à des mouvements «spatio-temporels» brillants et inusités où Xavier se retrouve à discuter avec des philosophes des siècles passés. Discussions des plus intéressantes sur le sens même de la vie, l’essence de l’existence. Heigel trouve dommage de voir l’auteur chercher une symbolique si complexe à une problématique qu’il considère si simple : «tout néant est néant de ce dont il résulte» dans les faits, peut-être que la résultante de l’équation est plus simple qu’on le croit et que la vie est très simple. Peut-être que c’est l’être humain, qui au final, lui donne un parfum de complexité. Car la vie est t-elle si différente des romans ? N’est-ce pas à nous de l’inventer, de la modeler de la colorer ? C’est précisément la quête des personnages de Klapisch : Exister. On va y découvrir que parfois, les détours sont essentiels afin de trouver enfin le bon chemin et que parfois, ce n’est pas tant la volonté mais le « timing » qui se dessine au mauvais moment.

Casse-tête chinois se classe dans la catégorie du cinéma de divertissement de grande qualité. Cedric Klapisch a su créer un univers bien maîtrisé, qu’on retrouve chaque fois avec plaisir, sans impression de déjà vu, avec en plus, ce petit espoir secret de retrouver encore ces personnages dans 10 autres années. La patience est d’Or.

Disponible en format DVD depuis le 21 octobre.

Marie-France Latreille

Tags: , , ,


Cet article a été publié le dimanche 2 novembre 2014 à 19:17 et est classé dans Analyse, Cinéma français. Vous pouvez en suivre les commentaires par le biais du flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre propre site.



Laisser un commentaire





Archives



Étiquettes



Nos liens...



Commentaires récents



Articles récents



Auteurs



RSS Flux inconnu


Au sujet de DVDenfrancais.com

Ou nous lire