Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

pierre_falardeau_g1.jpg«Je suis un homme d’un autre siècle. Je chauffe au bois. Je n’ai pas d’ordinateur. J’écris à la main, avec un crayon à mine ou une plume. En art, je crois à la simplicité. Je chasse à l’arc. Je me bats pour la liberté, la liberté sous toutes ses formes, la mienne, celle de mon peuple, celles de tous les peuples. Bref, je suis un primitif égaré.»

Le 4 septembre dernier j’apprenais au hasard d’un article du JdeQ que Falardeau avait le cancer.

«Falardeau, absent
Le cinéaste Pierre Falardeau aurait reconsidéré sa participation à l’événement [le Moulin à paroles], mais il a confirmé au Journal qu’il ne sera pas à Québec la semaine prochaine en raison de son état de santé, souffrant d’un cancer. «Je serais allé là avec grand plaisir parce que je suis content que quelqu’un fasse quelque chose. Je vais laisser la chance à d’autres. Je suis malade comme un esti de chien, mais je suis encore capable d’en faire chier une couple», a-t-il répondu, préférant être discret sur sa maladie. »

Discret, tu parles s’il était discret. Trois semaines plus tard il en est mort.

Il me manquera beaucoup, je dirais même qu’il nous manquera beaucoup, et encore plus à ceux qui le méprisent. J’aimais sa façon tout sauf subtile de traiter les emmerdeurs de téteux, d’imbéciles, de clowns, d’ordures, de trous d’cul, de niaiseux, de faux culs et j’en passe. Mais il y a plus que des insultes.

Toute sa vie, il a cherché à demeurer intègre, à défendre ce qu’il pensait, ce qu’il était, comme Québécois et comme cinéaste. Un résistant, un vrai. Pas de ceux qui exigent de faire emballer leurs saucisses dans un plat recyclable et qui ferment le robinet en se brossant les dents : sorte de mièvre résistance «à base de kiwi, de yoga et de oui-oui» (merci Leloup). Il était contre toute invasion de la pensée, contre l’abrutissement des masses. Contre la société aseptisée. Qui d’autre pour oser dire en ondes – la cigarette au bec (alors que c’est devenu le Mal), les running shoes aux pieds, avec un accent de bûcheron – que notre société est aseptisée?

Tu as été un boxeur exemplaire Pierre Falardeau, beaucoup sont contents de pouvoir raccrocher tes gants, mais personne ne pourra oublier de sitôt ton courage et ta pugnacité.

Antoine Godin


Cet article a été publié le dimanche 27 septembre 2009 à 17:55 et est classé dans Cinéma Québécois, Mon Grain De Sel. Vous pouvez en suivre les commentaires par le biais du flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre propre site.



Laisser un commentaire





Archives



Étiquettes



Nos liens...



Commentaires récents



Articles récents



Auteurs



RSS Flux inconnu


Au sujet de DVDenfrancais.com

Ou nous lire