Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF
 

Avant de commencer, il faut que je vous mette en garde, si vous n’êtes pas à jour dans vos « Battlestar Galactica » n’allez pas plus loin dans cette critique, elle est pleine de spoiler (Au fait, si vous trouvez un mot français pour spoiler, faites-le nous savoir…)

J’aime beaucoup la nouvelle version de Battlestar Galactica, elle est tellement supérieure à l’original qu’il en devient douloureux de les comparer. Cette série est un très net saut quantique en ce qui concerne le space opera, que ce soit à la télévision ou au cinéma. Cependant, force est d’avouer que depuis la troisième saison c’est un peu la douche écossaise. On passe d’épisodes géniaux qui vous laissent assis sur le bord de votre fauteuil les yeux écarquillés à d’autre qui nous ont fait fondre d’ennui. Ce n’est pas que la série est devenue mauvaise, loin de là, l’histoire est génialissime, passionnante et on ne se lasse pas d’essayer d’anticiper la suite, c’est plutôt que la série est diluée. Il aurait facilement été possible de compresser les saisons trois et la première moitié de la saison quatre en une seule saison de 20 épisodes. Ça aurait donné plus de rythme et moins de flottement. Un bon tiers de ses 30 épisodes sont barbant, n’ont pas vraiment d’intérêts et certain sont même irritants.

Le récent épisode 4.12 en est un parfait exemple. On y retourne à des thèmes qui ont déjà été visités plusieurs fois et le fait que Zarek soit, une fois de plus, le personnage central dans une lutte de pouvoir politique où la flotte et l’avenir de l’humanité sont pris en otage, n’arrange rien. La nécessité de conserver une démocratie et la voix du peuple a déjà été très bien traitée avec l’arrivée de l’amiral Cain. Les conséquences humaines de ne pas conserver un gouvernement civil ont y été illustrées avec brio. Le terrorisme, les insurrections, etc. ont été traitées dans tout un tas d’épisodes et je ne vois pas l’intérêt, à ce niveau de l’histoire, d’y revenir. Finalement, nous avons déjà fait le tour complet du personnage de Zarek et, là encore, l’intérêt de revenir dessus ne se présente pas.

Les difficultés d’intégration avec les Cylons auraient probablement pu être traitées d’une façon originale sans avoir à revisiter Zarekdes thèmes déjà rebattus à mort par la série.
La dilution est devenu une habitude désagréablement omniprésente qui infecte même les meilleures séries  (rappelons-nous l’abyssale seconde saison de Lost…). Pour ceux qui ont pris goût à l’efficacité des séries anglaises ou japonaises, ça devient de plus en plus pénible. On redoute « cet épisode » que l’on va regarder en faisant nos impôts, la cuisine ou du tricot. Ces fameux épisodes que l’on regarde sans réel plaisir juste parce qu’il passe le soir de notre série préférée et y est vaguement relié par le fait qu’il se déroule dans le même univers, ou pire, ces épisodes qu’on a déjà vus sous une forme ou une autre. La franchise Stargate est devenue une spécialiste de cette dernière méthode. Oui je sais, encore Stargate, mais je ne me lasse pas de taper sur cette franchise qui représente assez bien la série américaine moderne. C’est  un divertissement qui malgré une bonne prémisse et d’excellentes idées reste sans saveur tellement il est aseptisé. D’une manière ou d’une autre, rien ne bouge jamais, à tel point d’ailleurs qu’une bonne majorité des épisodes d’Atlantis sont une copie directe d’un épisode de SG-1. Au moins c’est écologique, ils recyclent autant qu’ils le peuvent…

Heureusement, Battlestar Galactica est très loin de cela, mais on regrettera tout de même une certaine baisse de régime dans les deux dernières saisons. Ce n’est pas suffisant pour en faire une mauvaise série, la qualité est toujours présente et cela reste toujours une des meilleures séries du moment. Cependant, je ne peux m’empêcher de me demander si ça ne lui coûtera pas sa place au panthéon des séries de légende.

Tags: ,


Cet article a été publié le lundi 26 janvier 2009 à 12:17 et est classé dans Atlantis, Battlestar Galactica, Stargate, US. Vous pouvez en suivre les commentaires par le biais du flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre propre site.



Laisser un commentaire





Archives



Étiquettes



Nos liens...



Commentaires récents



Articles récents



Auteurs



RSS Flux inconnu


Au sujet de DVDenfrancais.com

Ou nous lire