Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF
 

 Je suis en plein choc. Ce soir, alors que je regardais tranquillement le dernier épisode de Stargate Atlantis, la série que j’adore le plus haïr, il s’est passé quelque chose qui défie les lois de la physique universelle : c’est devenu intéressant. En effet, à ma grande surprise la relation naissante entre les personnages de Rodney McKay (David Hewlett) et Jennifer Keller (Jewel Staite) est passée au stade supérieur (et au mile high club aussi semble-t-il, mais ça, c’est une autre question). Personnellement je n’aurais pas parié le moindre cent sur cet épilogue, la franchise Stargate étant probablement la pire en ce qui concerne le développement sentimental de ses personnages. Jusqu’à cet épisode, c’est-à-dire après 10 saisons de Stargate SG-1, 3 films, et presque 5 saisons d’Atlantis, nous n’avions toujours pas eu le droit au moindre développement relationnel significatif. Ils nous ont bien laissé espérer un moment avec O’neil (Richard Dean Anderson) et Carter (Amanda Tapping), mais ça n’a jamais rien donné, pas plus qu’entre Vala (Claudia Black) et Daniel Jackson (Michael Shanks) d’ailleurs.

Jusqu’à maintenant, la franchise Stargate semblait se cantonner dans une zone sécuritaire, sans opinion politique, sans relations entre les personnages principaux, évitant consciencieusement toute écriture politiquement dangereuse ou complexe à gérer en ce qui concerne les scénarios, un ensemble plate, purement consommable, totalement neutre. C’est clairement fini, on voit apparaitre de-ci de-là un contenu d’opinion de plus en plus net, la série à même récemment fait un clin d’oeil à Boston Legal, série politique et furieusement anti-bush s’il en est. Il semblerait que la fin l’ère Bush (ou serait-ce l’aire Bush ?) a libéré les gens derrière la série.

Quoi qu’il en soit, il y aura un avant Brain Storm et un après. Rien n’est plus pareil maintenant pour la série, cette relation il va falloir la faire vivre, la mettre en péril. J’espère de tout coeur qu’ils ne vont pas nous faire un coup à la Bones, en terminant les choses par une “pirouette et retour à la case départ”(tm), je l’ai toujours en travers de la gorge. Franchement, cette relation me plait, les personnages sont les plus intéressants de la série et il existe un potentiel énorme dans cette situation. Si les créateurs se sont vraiment fait pousser des poils sur la poitrine, nous pouvons peut-être espérer un futur plutôt brillant pour cette série qui a toujours été distrayante, mais un peu terne jusque-là.

En tout cas la production n’a pris aucun risque pour vendre ce rebondissement, les 43 minutes de décolleté vertigineux de Jewel Staite m’auraient vendues à n’importe quel retournement de situation. Que se soit en Goth hypersexuée, en mécanicienne spatiale craquante ou en docteur géniale, on ne se lasse décidemment pas du sourire époustoufflant de cette actrice canadienne.

Edition le 28 Novembre 2008 : À priori, la production ne prend en fait pas vraiment beaucoup de risques avec cette saison puisque celle-ci devrait être la dernière de Stargate Atlantis. Il ne reste donc plus que 4 épisodes et un éventuel téléfilm de 2 heures… En fin de compte la partie vraiment intéressante de la série aura été de très courte durée… 


Cet article a été publié le jeudi 27 novembre 2008 à 0:06 et est classé dans Atlantis, Stargate, US. Vous pouvez en suivre les commentaires par le biais du flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre propre site.



Laisser un commentaire





Archives



Étiquettes



Nos liens...



Commentaires récents



Articles récents



Auteurs



RSS Flux inconnu


Au sujet de DVDenfrancais.com

Ou nous lire