Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF
 

Dans le précédent billet publié sur ce blog nous faisons mentions de l’absurdité de ne focaliser que sur la haute définition. Le marché de la haute définition en est a ses balbutiements, du moins en termes de ventes.
Nous nous sommes livrés à un exercice en demandant à certains distributeurs québécois, magasins et studios dans quelles mesures on pouvait évaluer les ventes de produits DVD haute définition (Blu ray et HD DVD) sur le territoire québécois.
Par souci de transparence journalistique, voici quelques précisions. Bien que nous ayons eu connaissance de certains chiffres exacts sur le nombre de copies écoulées, ceux-ci ont été donnés sous le sceau de la confidentialité. Nous parlerons donc en pourcentages. Les distributeurs, magasins et studios sont toujours discrets, et cela est compréhensible, sur les chiffres de ventes. Nous avions donc le choix de ne pas publier ce billet ou de le publier en évitant de mentionner sources et chiffres exacts.

Le fait est, concrètement, que les ventes de produits vidéo en haute définition sur le territoire québécois sont marginales. Pour un titre au potentiel de vente moyen on estime que sur un total de 100 unités on vendra 98 unités en DVD et 2 en HD DVD et/ou Blu ray. Cela fait donc un maigre 2 %…
Pour ce qu’on nomme une ‘’superproduction ’’ les ventes Blu ray ou HD DVD grimperont entre 3 et 4 pour cent, tout au plus.
Évidemment, ces pourcentages varieront dépendamment du type de magasin. Par exemple dans les boutiques comme Métro Vidéo (région de Montréal) spécialisées dans la vente de DVD les pourcentages seront légèrement plus élevés. Mais comme nous la confirmé Martin Pollmueller, le président de Métro Vidéo, les ventes de titres en haute définition sont, comparativement au DVD, encore faibles. Dans un magasin qui diversifie son offre entre DVD, DVD haute définition, équipements électroniques, etc. on peut supposer que les pourcentages seront moindre.
Moins justes mais assez révélateur il suffit de mesurer l’espace en magasin donné aux produits haute définition. Pour la succursale de la rue Ste-Catherine (Montréal) de la chaine Archambault l’espace alloué aux produits haute définition est minime. Tout au plus 1,5 % de tout l’espace consacré aux produits vidéo…

Trois grands studios avec qui nous avons pris contact ont, implicitement, confirmé ces pourcentages.

Voilà peut-être pourquoi Warner, en début d’année 2008, a choisi exclusivement le Blu ray et sonné le glas du format HD DVD. Il fallait faire un choix dans la mesure où les ventes ne sont pas celles escomptées faute de consommateurs pris entre deux feux (Blu ray vs HD DVD).

Fait indéniable la haute définition n’a pas vraiment pris son envol; ni sur le territoire des États-Unis ou au Québec…

Tags: , , , , ,


Cet article a été publié le mercredi 20 février 2008 à 22:32 et est classé dans Analyse. Vous pouvez en suivre les commentaires par le biais du flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un trackback depuis votre propre site.



Laisser un commentaire





Archives



Étiquettes



Nos liens...



Commentaires récents



Articles récents



Auteurs



RSS Flux inconnu


Au sujet de DVDenfrancais.com

Ou nous lire